Yanis Combe-Ferrier

photographies

Déclaration d’intention

 

 

C’est peut-être parce que l’humain est difficile à saisir que je préfère m’attarder sur ce qu’il a pu fabriquer ou construire.

Comment en effet peut-on savoir de l’autre l’essentiel, le douloureux, le secret ? Comment peut-on être assez proche pour le comprendre, l’accepter, l’aimer ? 

La trace de l’humain, son âme, je la cherche dans la matière. Dans ces objets qui l’ont construit, qu’il a construits. Rentrer dans la matière, c’est un peu comme rentrer dans l’âme d’un personnage. C’est voir sa beauté.

 

Je tente, par le biais de la macro en photographie, de rentrer dans sa motivation, artistique ou nécessaire.

Faire en sorte qu’il puisse ainsi s’offrir au reste du monde. C’est mon but : que les gens puissent s’y identifier. Y trouver en tout cas un écho de l’émotion.

 

Car, même dans l’instantané, tout est mouvement. Relation au monde.